Panorama : auberge urbaine

Panorama : auberge urbaine

Situé à la confluence de la Seine et du canal Saint Denis, le bâtiment B1 pourrait être vu comme reclus, au fond d’un cul-de-sac entre fleuve et canal. Qui pourrait avoir envie de venir séjourner ici ?
C’est pourtant cette implantation même qui donne au bâtiment toute sa valeur, plutôt qu’enclavé, celui-ci se situe au coeur d’un territoire en pleine mutation, au centre d’une future place forte de la culture.

Quelle peut-être la relation entre un bâtiment et le territoire qui l’entoure ?
L’association 6B a déjà entamé un processus de réponse à cette question, et je souhaite par mon intervention poursuivre ce questionnement.

Point de base dans la découverte du Grand Paris et de la communauté d’agglomération Plaine Commune, l’auberge «Panoramas» attirera des voyageurs, dans le cadre de petits groupes, désirant découvrir et explorer ce territoire, et leur offrira les outils nécessaires à cette exploration.

Tout au long des différents espaces de l’auberge, des informations en lien avec la ville permettent au voyageur de préparer les parcours de ses prochaines explorations. Lors de ces parcours, il pourra enregistrer des photos, des vidéos et des sons pour rendre compte de ce qu’il a vu et découvert. De retour à l’auberge, ces informations seront collectées et partagées dans les espaces communs et au rez-de-chaussée et permettront d’alimenter la base de données ainsi créée.

L’hébergement est conçu pour favoriser les échanges entre les voyageurs, en proposant des espaces de mise en commun de leurs différentes aventures urbaines, des lieux d’observation, de repos ou de conférences.

Afin de rendre compte de cette expérience aux habitants du quartier et aux visiteurs de passage, une installation située au rez-de-chaussée anime les espaces d’accueil du 6B et ceux de l’auberge.
Le matériel sonore et visuel rapporté par les voyageurs de l’auberge permet la création d’un guide artistique du territoire, qui présente le regard et le point de vue des voyageurs, tout en laissant place à l’interprétation du visiteur.

Enfin, sur le toit, devenu perchoir ouvert sur le ciel et la voûte céleste, un fragment d’architecture mi-escalier mi-toiture permet d’accéder à un «allongeoir» tourné vers le ciel.

Ainsi le bâtiment devient le point de départ à l’élaboration d’une base de données qui permettra de raconter le territoire et son paysage, à travers la vision de ceux qui l’ont exploré.

Date :
2013
Projet de diplome
Categories:
Architecture, diplôme
Share it: